DE PURCELL à QUEEN par l’Orchestre de Chambre de Toulouse

L’Orchestre de Chambre de Toulouse vous entraîne hors des sen­tiers battus. Musiques de films, de Rock et bien sûr Musique Classique, nous vous pro­po­sons un pro­gramme en forme de feu d’arti­fice. Pour la cir­cons­tance nous sor­tons les vio­lons électriques ! Oui, vous avez bien lu ! En quin­tette à cordes électriques et avec un piano nous vous ferons passer de James Bond à Haendel et de Freddy Mercury à Vivaldi ! Comme on le dit fami­liè­re­ment, ça va démé­na­ger !

Quel drôle de pays que l’Angleterre, quelle singularité. Qu’un si petit pays à l’échelle de la planète ait réussi à exporter à ce point sa langue, son organisation démocratique représentative, son droit, bref, sa culture…est tout simplement étonnant. Risquons une explication : les anglais adoptent ce qui fonctionne, et n’abandonnent jamais. Le français leur offre-t-il des mots qui leur manquent ? Va donc pour les mots français sans que personne ne s’offusque d’une supposée capitulation culturelle. L’Invincible Armada est-elle si invincible que cela ? La suite dira que non. La Chevalerie française est-elle deux fois supérieure en nombre à Azincourt ? Va pour la technologie des arcs à longue portée et la victoire au bout des flèches. En musique, à l’époque baroque, l’Angleterre ne se comporte pas différemment. Le trio « national » en quelque sorte, Purcell-Shakespeare-Dryden propose une voie originale, mais puisque l’allemand Haendel est célèbre et talentueux, le voilà anglais, dès 1726, puis maître de musique des princesses royales. Le 19ème siècle musical anglais est sous l’influence germanique, et cela ne gêne personne. Hubert Parry écrit dans le style dominant de l’époque sans qu’on songe à lui reprocher de n’être pas assez anglais. Puis voilà le 20ème siècle et les années 60.  Et l’Angleterre des Beatles donne à nouveau le ton, et Queen leur succède, n’hésitant pas à emprunter le langage musical classique. Pays de tradition et de grande modernité, voilà l’Angleterre, et pour mieux illustrer ce double visage de la culture anglaise, nous viendrons avec nos instruments traditionnels mais aussi avec des instruments électriques.  Les progrès techniques de ces dernières décennies leur permettent d’accéder désormais à une qualité de son qui vous séduira. 

L’Orchestre de Chambre de Toulouse est membre de l’AFO, Association Française des Orchestres.

Défilement vers le haut